ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
RECHERCHE
L'antre du collectionneur
Les perles d'ailleurs
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Musique et technique
Nos annonceurs
Accueil

Musique et technique
Tosca par Callas pour tous

Voilà bien une activité qui entre dans une phase symboliquement cruciale puisque rien moins que l'enregistrement de Tosca par Callas et De Sabata vient de tomber dans le domaine public (eh oui, c'est un enregistrement de 1953!) EMI, après avoir exploité le document à prix fort pendant presque cinq décennies, a inclus récemment cette Tosca dans Great Recordings of the Century. Premier label sur les rangs pour une réédition: Naxos, avec sa série "historical" (2 CD 8.110 356-57). Un autre label, l'anglais Regis (2 CD RRC 2065), a également publié sa version.

Ces disques sont évidemment à prix budget. Afin de ne pas laisser le marché aux opportunistes, EMI a édité sa Tosca dans une présentation en boîtier plat sans livret ("EMI Classics Historical" 2 CD 5 85644 2) bénéficiant du dernier remastering des Great Recordings. Chez EMI on a donc la Tosca de Callas-De Sabata dans le même son sous deux présentations à deux prix différents. Y a-t-il des variations notables entre les moutures EMI, Naxos et Regis? Curieusement oui. On rappelle que pour s'inscrire dans la légalité, le "copieur" doit partir du document originalement édité 50 ans auparavant, et non cloner le plus récent remastering de l'éditeur original. Il faut oublier la version Regis, qui, pour faire impressionnant, a choisi un niveau de gravure un peu élevé. Le son y est parfois saturé et surtout pas toujours très stable.

Par contre, entre EMI et Naxos on ne peut dire que la comparaison favorise forcément l'éditeur original. Du point de vue de la présentation, les deux notices sont en anglais uniquement. Les résumés, plage par plage sont de qualité équivalente, mais un peu plus détaillés chez Naxos. La notice elle-même présente l'opéra et l'enregistrement dans les deux cas de manière adéquate. Mais s'agissant du son, je dois avouer un penchant pour le travail effectué par Naxos. Partant des 33tours, mais utilisant, nous dit Mark Obert-Thorn, dix coffrets, Naxos a réussi une merveilleuse version de cet enregistrement emblématique. Les sons EMI et Naxos sont très proches, et, évidemment, Naxos est tributaire des montages parfois audibles réalisés originellement par EMI (cf. CD 1 plage 3 à 0'16). Mais EMI n'est pas non plus intervenu là-dessus. Naxos a abordé le sujet de manière très intègre, en ne haussant pas le niveau, en ne tripatouillant rien, pourtant certains passages sonnent mieux (cf. la voix de Gobbi et la présence générale dans "Tre sbirri, una Carrozza"). Globalement, le son EMI est un peu plus "nettoyé", ce qui éteint légèrement les voix. Ce sont des détails, certes, mais le "copieur "n'est pas largué par l'éditeur original, loin de là. Mark Obert-Thorn, en charge de la mouture Naxos, s'explique sur son travail dans la notice et fait sa propre critique détaillée des remasterings EMI. Je tiens à signaler que j'ai lu ce texte après écoute.

En résumé, si vous voulez cette Tosca dans l'écrin qui lui convient achetez Great Recordings of the Century. Si vous voulez faire des économies et ne tenez pas à une notice française et un livret, le CD Naxos s'impose. Inutile de disque que cela ne vaut pas le coup de jeter votre Tosca EMI pour acheter l'album Naxos!

Effectué sur les Puritains de Bellini (EMI 2 CD 5 85647-2 et Naxos 2 CD 8.110 259-60) la comparaison donne des résultats comparables. L'enregistrement est intrinsèquement moins bon et assez réverbéré. Le remastering EMI assèche un peu cette réverbération, Naxos, laisse respirer davantage le son. Le résultat sonore, comme dans Tosca, est un peu plus vivant.

Christophe Huss


RETOUR EN HAUT DE PAGE


Search Reviews