ClassicsTodayFrance.com - L'actualité CD, SACD & DVD classique
RECHERCHE
L'antre du collectionneur
Les perles d'ailleurs
L'edito de Christophe Huss
Les nouvelles du disque
Musique et technique
Nos annonceurs
Accueil

Musique et technique
Janvier 2004

Dans le cadre de cette rubrique, nous vous présenterons chaque mois cinq prises de son qui nous ont fait tendre l’oreille par leurs qualités audiophiles.
Il existe bien sûr dans la production discographique mensuelle davantage d’enregistrements qui se signalent par leur excellence technique. "Musique et technique" tentera simplement de vous donner quelques bons repères dans divers genres musicaux pour mettre au mieux à profit les qualités de votre chaîne haute-fidélité.

Voici notre première sélection parmi les parutions récentes.

Bach: Concertos avec plusieurs instruments. Café Zimmermann. Alpha 048. Le choix d’un disque Alpha dans une page comme celle-ci manque d’originalité. Mais quand on a fait le tour du genre, par exemple pour le clavecin avec le CD Froberger de Siegbert Rampe chez MDG, splendide, mais amphétaminisé, ou avec le CD des Concertos de Bach par Mortensen chez CPO, superbe mais un peu coloré, on en revient à la pureté et au punch de cette captation, fort osée par la proximité des micros. C’est un parti pris qui peut ne pas plaire, mais l’auditeur devient partie prenante de l’action musicale. Sidérant.

Brahms: Quintette avec piano op. 34. Variations sur un thème de Haendel. Peter Orth (piano), Quatuor Auryn. Tacet 120. Une petite merveille de goût. Alors que les captations sonores deviennent de plus en plus intrusives et ne laissent pas respirer la musique, Andreas Spreer a choisi de rester à distance pour nous rendre l’acoustique réaliste d’une salle de concert. C’est assez original par rapport à ce que l’on entend aujourd’hui (surtout la prise du piano solo), mais le parti pris est fort réussi. C’est évident esthétiquement aux antipodes du disque Bach.

Ferrabosco le Jeune: Consort music to the viols. Hespèrion XXI, Jordi Savall. Alia Vox AV 9832. Redoutable piège que l’enregistrement d’un consort de violes. Très souvent le message musical pâtit d’un son trop gros et coloré. L’enjeu est ici la précision sans l’ivresse. Le disque Ferrabosco d’Hespèrion XXI est capté de près, mais avec juste assez de recul pour permettre la perception de la fusion des timbres, d’une parfaite justesse et neutralité. Graves magnifiques.

Tveitt: Les rêves de Baldur. Telemarkin. Orchestre symphonique de Stavanger, Ole Kristian Ruud. BIS 2 CD 1337/38. Sans artifice, ni spectacularisation du message sonore, les ingénieurs de BIS ont réussi à rendre un orchestre de manière assez compacte, certes, mais très cohérente en largeur et profondeur, avec des basses profondes et bien sculptées et une dynamique remarquable. Les voix solistes, tout comme le récitant, s’intègrent parfaitement à ce canevas. Intégrité et réalisme caractérisent ce disque.

Il Giardino di Giulio Caccini. Marco Horvat (chant, théorbe, guitare baroque, lirone). Alpha 043. Evidemment une prise de son de Hugues Deschaux et, évidemment, une chaleur, une proximité, bref, ce côté tangible qui caractérise si bien les prises de son de l’ingénieur d’Alpha. Tant la voix, que les instruments et les apports des amis de Marco Horvat s’inscrivent dans une acoustique riche et flatteuse qui ne paraît jamais artificielle. C’est moins «physique» que le CD Bach, mais pas moins éloquent.


RETOUR EN HAUT DE PAGE


Search Reviews